PR Newswire: news distribution, targeting and monitoring

Une conférence invite l'Allemagne à être plus attentive à la situation des droits de l'homme à l'intérieur de ses frontières si elle ne veut pas perdre son autorité morale

Share with Twitter Share with LinkedIn

BRUXELLES, January 22, 2013 /PRNewswire/ --

Une équipe de recherche composée d'universitaires, d'analystes politiques, de défenseurs des droits de l'homme, de journalistes et de représentants de groupes minoritaires, a présenté, lundi à Bruxelles, une étude qui s'interroge sérieusement sur les violations des droits de l'homme en Allemagne, concluant que le pays risque de voir son autorité morale compromise s'il ne va pas plus loin dans la protection des droits fondamentaux à l'intérieur de ses frontières.

Intitulé « Le déclin de l'Europe » et rédigé avec l'aide d'Amnesty International, de Human Rights Watch et de Reporters sans Frontières, le rapport fait le bilan de l'Allemagne en matière de protection des libertés fondamentales : traitement réservé aux manifestants pacifiques, aux minorités et libertés de la presse.

Le journaliste azerbaïdjanais Eynulla Fatullayev, président de la Public Union for Human Rights (Union publique pour les droits de l'homme), emprisonné pendant quatre ans dans son pays, a présenté les conclusions du rapport qui soulignent que le système de valeur dans de nombreux pays d'Europe de l'Est et anciennes républiques soviétiques est marqué par la crise actuelle des valeurs libérales et le multiculturalisme en Europe.

Il dit avoir débuté son examen général de la situation des droits de l'homme en Europe par l'Allemagne après avoir lu, en prison, un article sur la répression de la manifestation du collectif Occupy Frankfurt et sur une autre intervention de la police visant à disperser une manifestation organisée à Stuttgart pour protester contre la construction d'une ligne de chemin de fer.

« J'ai été choqué que des manifestants pacifiques désireux de protéger l'environnement soient traités de la sorte », a-t-il déclaré lors de la conférence au Club de la Presse de Bruxelles.

La répression de ces manifestations a depuis lors soulevé de nouvelles questions sur la liberté d'expression et la liberté de réunion en Allemagne, toutes deux garanties par l'article 8 de la Constitution du pays.

Pour étouffer ces manifestations, la police en est venue à stopper les bus qui se rendaient en ville au prétexte que leurs occupants étaient susceptibles de prendre part à des manifestations et a même confisqué tentes et sacs de couchage. Des mesures ont été prises pour s'assurer qu'il ne soit pas possible à plus de vingt personnes à la fois de se réunir en un même lieu. Thomas Occupy, militant du mouvement Occupy Frankfurt, a déclaré : « Quand on voit toutes ces restrictions, on ne peut que s'interroger sur le bon fonctionnement de notre démocratie ».

Eynulla Fatullayev, lauréat l'an dernier du prix de la liberté de la presse dans le monde décerné par l'UNESCO, a déclaré lors de la conférence : « J'en suis venu à la conclusion importante que malgré les différences qui opposent nos régions sur le plan économique, technologique et civilisationnel, un grand nombre de pays européens, dont l'Allemagne notamment, sont confrontés à de nombreux problèmes dans le domaine des droits de l'homme. »

Un documentaire, dressant la liste des manifestations réprimées et passant en revue des problèmes allant de la corruption au racisme en Allemagne, a été diffusé lors de la conférence.

Invité à la conférence, Stephen Ellis, directeur de la programmation de l'Institut international de la presse, a tiré la sonnette d'alarme, rappelant que l'Allemagne a des responsabilités particulières vis-à-vis des pays en développement en tant que leader, largement reconnu, dans le domaine des droits fondamentaux. Ceci, a-t-il déclaré, est une source de préoccupations spécifique.

« La présentation à laquelle nous avons assisté aujourd'hui nous montre l'envers du miroir, et il est préoccupant de voir que cela se passe en Allemagne, dans un pays qui compte au nombre de ceux ayant le plus contribué au respect des libertés fondamentales », a-t-il indiqué.

« Si l'Allemagne perd sa crédibilité sur ces points, d'autres nations n'auront plus de raison d'écouter. »

En guise de conclusion, la conférence a convenu que si rares sont ceux qui doutent des bonnes intentions de l'Allemagne lorsqu'elle conseille, et parfois critique d'autres pays sur son bilan en matière de droits de l'homme, le pays doit s'assurer qu'il est aussi intransigeant à l'intérieur de ses frontières qu'il l'est à l'égard des pays en développement et émergents.

SOURCE Public Union for Human Rights



Journalists and Bloggers

Visit PR Newswire for Journalists for releases, photos and customised feeds just for Media.

View and download archived video content distributed by MultiVu on The Digital Center.

Share with Twitter Share with LinkedIn
 

Get content for your website

Enhance your website's or blog's content with PR Newswire's customised real-time news feeds.
Start today.

 

 
 

Contact PR Newswire

Send us an email at MarketingUK@prnewswire.co.uk or call us at +44 (0)20 7454 5382

 

 
 

Become a PR Newswire client

Request more information about PR Newswire products & services or call us at +44 (0)20 7454 5382

 

 
Regulatory News Search
Search
  
  1. Products & Services
  2. Knowledge Centre
  3. Browse News Releases
  4. Meet the Media
  5. Contact PR Newswire